L’évasion des polyèdres

Bienvenue sur le site internet de Guy le Berre auteur de "l’évasion des polyèdres". Que vous souhaitiez savoir ce qu’est un polyèdre, où se trouve Concarneau…Vous cliquez au bon endroit… Laissez vous embarquer par les anecdotes et souvenirs d’un mathématicien, poète, musicien, chanteur…

© Contacter Guy le Berre


Guite et Finette


C’était bien avant l’arrivée des bacs à fleurs à Concarneau. Ce dimanche soir de novembre 1971, soir de tempête, avant de rejoindre la crêperie de Finette, nous prîmes l’apéritif chez Guite et Henri des Korrigans. Comme d’habitude les marins pêcheurs, les dockers, les mareyeurs, les commerçants, les marchandes de poissons, les enseignants, se retrouvaient, entourés des fresques de Robert Le Baccon, peintes en 1945, et des sculptures de korrigans, en bois massif, du patron, dont on pouvait imaginer l’inspiration entre art africain et celtique.

A la demande générale Vincent chanta de bon cœur à « o sole mio » et Paul « le maître à bord ». C’était en l’honneur de cette journaliste d’Elle, présente, venue faire un reportage vivant sur Guite, la « marraine » des Concarnois.

Henri, lui, n’avait pas son pareil dans la provocation au bar : « tiens, toi qui est prof de math, un morceau de bois, 2 carrés, 2 coups de scie, avec les morceaux tu fais un grand carré »(1). De quoi rougir sa figure, la réponse ne me sembla pas évidente. Guite vint à mon secours : « quand même Guy n’est pas venu là pour faire tes problèmes, il en aura déjà assez demain avec ses élèves ». La journaliste fut très impressionnée par ce mélange des genres … « il paraît, Guite, qu’après la fermeture, vous aimez bien lire ? » « Ah oui en ce moment mon livre de chevet c’est « Racines » « Racine, livre de chevet ? je n’ai jamais entendu ça et pourtant j’en ai vu des féministes, des intellectuelles, des scientifiques… » « ben oui on a passé assez d’années en Afrique, avant de venir à Concarneau et donc j’ai été intéressée ! » La confusion était acceptable, entre l’auteur classique et le roman d’Alex Haley, qui traite de l’esclavage des noirs, venus d’Afrique, aux Etats Unis.

Mes amis Paul-Henri et Fanch m’enlevèrent du problème au comptoir : « si on traîne, il n’y aura plus de places chez Finette »…

Il faut savoir que sa crêperie, à 100m des Korrigans, avait la cote et les quatre petites tables, vite occupées dans un espace de 3m sur 3m.

Finette face aux clients, officiait aux biligs (3), derrière le passe-plat, où on allait se servir.

Il ne fallait pas être pressé…Nous aimions ces instants de discussions. Paul Henri, natif du Lot, avait été nommé, en premier poste, au désespoir de ses parents, en histoire géographie au collège de Concarneau. Il s’imprégna vite de la culture et de la situation politique, économique, bretonne qu’il savait nous communiquer. Avec Fanch, également historien, on refaisait un monde plus humain, il y avait le renouveau des fest noz, les premiers passages de Glenmor, Alan Stivel chez Michou à Quimper, et bientôt la gloire au vieux théâtre Max Jacob, avant l’Olympia à Paris. L’Histoire de France allait nous rejoindre…

La porte s’ouvrit…Claude et Georges Pompidou, s’avancèrent vers la crêpière : « Ce serait possible, madame, de déguster quelques unes de vos crêpes qu’on nous a recommandées ? »

En passant le poignet sur le front, elle les regarda, et, se remettant à la galette en cours : « Ecoute donc, mon petit mignon, tu vas attendre comme tout le monde, tu ne vois pas comment c’est ici ? » Le couple s’excusa, fit demi tour et repassa la porte.

« Finette tu n’as pas vu, peut-être, que c’était le président de la république ? » Et la voilà partie en courant, toute retournée, le torchon sur l’épaule, les cheveux en bataille, les sanglots dans la voix. Malheureusement, la voiture avait déjà filé, sans doute conduite par un chauffeur qui les ramenait du côté de Fouesnant où ils avaient quelques habitudes de week end.

Mais non Finette, tu n’es pas une pokez treuz (3) ! et nous pensons toujours à toi. La preuve, lors d’une manifestation, à Quimper, il y a 15 jours, on se souvenait, tous les trois, de ces instants merveilleux. C’est une belle galerie de peintures qui a pris la place de la crêperie.

(1) réponse pages 28 et 29 du livre (2) trouz ar mor , le bruit de la mer (3) pokez treuz, une personne un peu de travers ! voir le livre page 8 (4) bilig, plaque circulaire en fonte pour faire les crêpes

Documents joints


RSS 2.0 [?]

Espace privé

[retour au site public]

réalisé par Laedansatitia