L’évasion des polyèdres

Bienvenue sur le site internet de Guy le Berre auteur de "l’évasion des polyèdres". Que vous souhaitiez savoir ce qu’est un polyèdre, où se trouve Concarneau…Vous cliquez au bon endroit… Laissez vous embarquer par les anecdotes et souvenirs d’un mathématicien, poète, musicien, chanteur…

© Contacter Guy le Berre


Accueil du site > Autour du polyèdre > construction de polyèdres

construction de polyèdres


Les 21 polyèdres réguliers et semi réguliers ( plus les 2 intrus aux losanges) ont été construits une bonne fois et une seule fois pour toutes…à ma manière. Le tout est en bois léger (samba plus rigide plutôt que balsa), à partir de baguettes de 1m, largeur 15mm, épaisseur 3mm, dans lesquelles sont taillées les éléments des polygones tous de 7cm. Rien que pour ce mobile on compte 2366 bouts de bois à tailler.

On peut comprendre l’aspect démesuré des constructions, mais la taille de chaque élément puis du biseau relève des mêmes pratiques, au cutter. Le but n’était pas une réalisation professionnelle aux machines à commande numérique.

Une seule fois pour toutes signifie qu’il n’y a rien à vendre ( à part le livre…) et aussi que l’ensemble fini peut être considéré comme une œuvre artistique aérienne, mobile en douceur, avec chaque vue perspective de polyèdre (puisqu’évidé). Les triangles sont jaune sable, les carrés en bleu, les pentagones violets, les hexagones verts, les octogones gris, les décagones en rose …Il fallait bien, choisir ! Le mobile a 10ans et malgré quelques voyages périlleux et certains accrochages délicats, dans les deux sens du terme, il tient le coup, c’est son esprit de synthèse qui en fut la motivation en une année de travail intensif. Quelle que soit son espérance de vie éphémère, il restera donc unique, et on sait que le moindre élément de 7cm, décollé par exemple, suffirait à le déséquilibrer.

Rien ne vaut le contact avec la matière, et donc aussi la relation verbale, en tête à tête comme avec les élèves de 2ème bac pro de Pleyben, Simeon Harrison, Jean Le Roy ou les verriers d’Istanbul. Evidemment ce n’est pas toujours possible…Ce sont les élèves qui ont choisi la forme évidée des prototypes, rejoignant ainsi le livre du mathématicien Luca Pacioli, le travail de l’ébéniste marqueteur Fra Giovanni de Verone, et les illustrations de Léonard de Vinci, sans jamais en avoir eu connaissance.

Dans les rencontres de gens tentés par l’aventure (professionnels ou curieux de matières et de formes), le numéro 1 des polyèdres est le dodécaèdre aux 12 pentagones. On le trouvera détaillé en document joint ci-dessous.

A tous ceux intéressés par le livre, je me propose de communiquer la méthode concrète et détaillée puisque c’est dans le livre qu’on trouvera les solutions à ces 23 polyèdres. Il n’y a que le premier pas qui coûte…mais c’est vrai je perçois et comprends le désarroi de 99% ( ?) de la population devant le bois à tailler ou les cosinus en prime…

Il existe aussi une notion de tolérance, pour les mesures, en tenant compte des imperfections, par exemple au 1/10ème de mm ou au 1/10ème de degré… Bien sûr connaissant les résultats on peut se passer des calculs et des vérifications, mais par expérience, je sais que trop d’assurance ou l’impatience peuvent entraîner des ennuis d’assemblages aux « bricoleurs »…Sans être un professionnel des bons outils et de la précision on peut se retrouver envahi par un travail à long terme et continu. Il ne faut jamais désespérer, au bout de ce site il y aura peut-être l’évasion… !

Il vaut mieux écrire "peut-être" à la lecture des PROJETS, le dernier article du site. Certains de ces projets ne verront pas le jour, tant le travail est impressionnant.

Mais avant la fin d’année 2008, Mutti, la mère de Sylvie, a souhaité gentiment un polyèdre dans le salon de sa maison à Lanester. Malgré la décision d’arrêt définitif d’achat de bois samba, il était impossible de résister à cette dame, de 87 ans cette année, vivant au milieu de tant de livres, de souvenirs et de tableaux de sa cousine du Lot, Annie Auzanneau.

Le choix se fit sur l’icosaèdre, de 20 faces en triangles équilatéraux, d’arêtes 12 cm ( diamètre 22,8 cm). Et puis pour être à la hauteur de son environnement, nous avons donné des couleurs aux faces par du papier vitrail artisanal. Une lampe de 25 watts donne à l’objet un bel effet.

Ce n’est pas tout…Certains visiteurs ont eu envie de participer, au point qu’un projet encore plus fou vient à l’esprit : un ensemble de 23 lampes suivant l’icosaèdre et les 12 cm d’arêtes. La plus petite aurait un diamètre de 14,7cm et la plus grande un diamètre de 91,2 cm. Alors il faudrait tailler, biseauter, coller, assembler 2386 arêtes pour un total d’environ 300m de bois samba…Tout compris, cutters, colles, papiers de couleurs, feuilles de protections auto collantes, lampes, ce serait un investissement matériel de 1500 euros, pour un travail d’une année…

polyèdre lampe aux 30 carrés,20 triangles,12 pentagones polyèdre lampe aux 30 carrés, 20 triangles, 12 pentagones

C’est vrai, l’organisation est possible, suivant les affinités, les disponibilités de chacun, pour une oeuvre collective. Aux tailleurs amis je pourrai proposer les baguettes pré-divisées, et préparées pour les biseaux. Je pense à Sylvie, Enora, Julie, Solen, pour les finitions.

Portfolio

Documents joints


RSS 2.0 [?]

Espace privé

[retour au site public]

réalisé par Laedansatitia