L’évasion des polyèdres

Bienvenue sur le site internet de Guy le Berre auteur de "l’évasion des polyèdres". Que vous souhaitiez savoir ce qu’est un polyèdre, où se trouve Concarneau…Vous cliquez au bon endroit… Laissez vous embarquer par les anecdotes et souvenirs d’un mathématicien, poète, musicien, chanteur…

© Contacter Guy le Berre


échanges

le troc…


"Quimper, la ville où je m’ennuie…" disait Dahut, la fille du roi Gradlon ; elle préférait la vie à Locronan ! Son père est toujours là, posé sur son cheval, entre les flèches de la cathédrale. Au signal du guide les touristes lèvent la tête et prennent la photo numérique.

Comme dans toutes les préfectures, évéchés, ou villes historiques de caractère, il y a de nombeuses formes disjointes de clans. Ici, le centre s’anime particulièrement le samedi matin du côté des halles et des marchés bios. En venant de la Place au Beurre, je rencontre des amis, mes petits enfants disent mais tu connais tout le monde alors ?, non… c’est fou le nombre de gens qu’on ne connaît pas…

Les libraires vous diraient qu’à Quimper on a fait le maximum, 2 ou 300 livres vendus, dans la région, alors qu’il suffit de tomber au hasard sur une page de cosinus dans les polyèdres, pour changer de rayon. Je dis aussi, par ailleurs, la difficulté de présenter un ouvrage à compte d’auteur dans la France profonde, à part quelques sites comme les musées Léonard de Vinci d’Amboise ou des Compagnons. Ce sont tous ces contrastes qui conduisent aux simples échanges, sociaux, intellectuels, artistiques ou sentimentaux.

Sur Internet, certaines commandes étaient encourageantes, et puis il faut se rendre à l’évidence, le plus souvent "y’en a qui sont faits pour donner et d’autres pour recevoir"…par exemple on m’écrit :" j’ai vu votre site et étant menuisier je voudrais construire, à la manière de Pleyben, un dodécaèdre d’arête 1m et un icosaèdre d’arête 2m, mais pour avoir des aides il me faut des angles précis et toutes les cotes…merci de me les communiquer." Je réponds que tout est dans le livre, et que ça ne suffit pas, mes élèves avaient une formation adaptée, y compris en plusieurs années en math…Ensuite il y avait leurs questions pratiques pour passer aux machines , leurs enseignants de Dessin du Bâtiment et d’atelier…Donc le livre d’abord, puis un contact téléphonique ou réel, suivant la distance, devraient suffire, mais pas de retour ! Les échanges, en contacts réels qui suivent, montrent toute la différence et je ne suis pas un moralisateur d’Internet, téléchargements et puis tout. Les musiciens savent les ambiguïtés du système, tout reste à faire pour la cohérence. Justement, des musiciens intermitents, on en trouvera dans ces trocs choisis parmi des artistes quimpérois, poètes, peintres, sculpteurs, architectes heureux et fiers de recevoir cet ouvrage, en évasion des polyèdres… C’est le livre, dans ces cas-là, qui a permis une vie autre que la "retraite traditionnelle", à condition d’oser les relations, donc de bouger davantage. J’ai vu aussi le plaisir artistique des plaquistes dans la mise en place de l’anse de panier entre cuisine et salon chez Solen et Michel.

Toutes les villes ont besoin d’une vie artistique reconnue. Quimper et sa région sont des nids d’artistes, où l’on ne s’ennuie pas. Parfois ils sont de notoriété internationale ou parfois solitaires, toujours humanistes. Voici certains de ces échanges que j’aime tant et je vais en oublier.

C’est au retour du vernissage de Bill Mazé que cette photo a été prise par Henri Jacquin, artiste peintre de caractère, lui même. Comme il avait déjà acheté le livre, pas de troc, mais si je lui en offre un autre, je rêve à son prochain travail à la faïencerie Henriot, d’une seule petite assiette et je mettrai le complément…

Alors la photo ? Sylvie lui trouve comme un air de mise en scène d’un autre temps. De gauche à droite, Raymond, en passant devant le Café du Commerce il avait aimé mes airs d’accordéon en l’honneur de Bill (l’accordéon se trouve dans le sac) ; puis Laëticia Taupin, artiste peintre également, aux rêves mystiques, mélancoliques et généreux…et la vie coule au milieu ; Guenole Guevel avait chanté "maro ma mestress", une gwerz bretonne par conséquent. Météorologue à Plomeur Bodou, il sait "débarbouiller le gris" des soirs dautomne.

L’atelier de Bill Mazé, dans la rue Kérhéon, entre les pinceaux et les pots de peinture, où Francis Bacon ne serait pas dépaysé.

Actuellement nous sommes dans la période des collages aux couleurs. Il aime parler (et imiter la voix) de Louis Le Merdy, peintre de la marine à Concarneau, son vieux professeur aux Beaux Arts "Tu en as vendus Bill, c’est bien, vaut mieux baisser les prix que monter les cartons"… ! Si Ernest Tosssetti accepte, je changerai mes photos sur téléphone portable, par les siennes plus belles.

Le travail de Laetitia Taupin se tourne vers le symbolisme. Elle prolonge le chemin de ses rêves dans les couleurs chaudes, sans se soucier des modes. Ici c’est une évocation de la vie et la mort de Frida Kalho, la peintre mexicaine.

L’affiche a été créée, par son mari Jean Luc, lors d’une exposition à Pont Aven en 2008.

Site internet : taupin.chez-alice.fr/ et puis son nouveau site en construction http://laetitia.t.chez.com

la suite demande une mise en forme et commentaires, avec letemps en septembre.

On en parlait depuis longtemps avec Jean Michel Moal, un échange disque Red Cardell- livre…Il avait été élève au collège la Tourelle en 6ème en 1970. Philippe Briand, le jazzman, était professeur d’Anglais. On a su très vite que Jean Michel devenait accordéoniste. Le 10 avril dernier, j’étais au "Manège", à Lorient avec Sylvie : concert Red Cardell pour leur dernier CD, Manu Masko batterie, Jean Pierre Riou guitare et chant, comme des hommages à Jacques Brel, Bernard Lavilliers et l’accordeon de Jean Michel "comme une pierre qui roule". Il me reconnut et en fin de concert, il courut, croyant à notre départ, nous rejoindre, avec les deux derniers disques et j’avais "l’évasion des polyèdres", heureusement c’était le jour…

Anne Duchiron est une artiste peintre et on peut la trouver rue Kereon, gravant des ardoises aux couleurs de paysages sur les côtes bretonnes.

3 images de la place au beurre, fêtes de lamusique…une photo du 3ème étage tirée par Michele Francès…une vue d’en bas, accordeon au 2ème étage, puis avec Raymond, ami accordéoniste, et Nina venue s’assoir sur le banc. Cette année 2010 nous serons rejoints par le groupe forzpiou d’Yves Thomas, ses chansons de marins et populaires.

Thierry Beuze notre réparateur magnifique d’accordéon à tous. Dernièrement il a restauré le bandonika de Raymond que son père avait acquis pendant sA captivité en Allemagne. Thierry anime les festou noz avec le groupe Deuz’ta . Il m’appelle l’accordéon rouge sans doute par sa couleur visible dans les manifestations. Je l’avais acheté d’occasion, venu d’Irlande, à Jacques Guillou, un des meneurs du fameux Printemps de Chateauneuf.

voici l’anse de panier construite suivant mes calculs dans la maison de Solen, Michel et Nina. Anthony et Michel sont des plaquistes curieux des formes mathématiques, à mettre en place dans la matière.

Ernest Tossetti, artiste photographe, travaille sur les vidéos, les montages. Il a su aussi me dépanner pourtrouver le matériel de projection nécessaire à la conférence " Géométrie sacrée" Serge Cabon, Youen Manchec et le groupe Noback Quartet. Les textes de Serge donnent une dimension poétique à leurs concerts trop rares, "un p’tit bonheur". Serge est aussi un grand acteur, récemment dans "la dame blanche" le film de Jérôme Clsse. Il y a 5ans il avait décidé de m’enregistrer, ce sont les chansons qu’on trouve à ma manière, éparpillées dans le site…Youen, joueur de flûte, clarinette basse, hautbois, est très demandé, on le voit avec le groupe Boxty, ou accompagnant mes amis poètes Louis Berthelom, Loeiz Guillamot. j’aimerais bien un jour la rapsode foraine de Tristan Corbière !

Les textes et les images se bousculent

alors que Dan ar Braz le guitariste des mémoires, est toujours présent comme les arbres, même en hiver. C’est la gentillesse, la discrétion et la classe. Les musiciens rêvent de le voir apparaître sur scène pour des accors bien à lui… Il est comme le fil de ces échanges.

Louis Berthelom, poète des vergers de pommiers, savait que le fruit coupé à l’horizontale présentait l’étoile à 5 branches. Il entraîne les musiciens sur des chemins celtiques où se mêlent les odeurs des algues et des genêts, digne descendant de Youenn Gwernig.

Ci-dessous, Jean Floch, ancien élève de Pleyben, accordéoniste très demandé par les danseurs de fest-noz et aussi les musiciens, clarinettistes bigoudens ou ici accompagnant le trompettiste Gaby Kerdoncuff.

Philippe Briand, jazmman, batterie et vibraphone, ayant accompagné les plus grands, Bill Coleman, Stephane Grappelli, Dizzy Gillespie. Dans les années 80 90 on organisait au… lycée du Bâtiment de Pleyben des concerts de jazz, suivant les passages des musiciens invités dans la région, Marc Fosset, le guitariste, René Goaër saxophoniste…

On va encore mélanger les genres, j’avais prévenu, Quimper et la Bretagne sont des sources conviviales de vie artistique. Je parle de troc et d’échanges connaissant aussi les limites de mon efficacité…

Julie Le Berd a observé ici les clients d’un bar de Lorient. Elle a participé avec Monique Bondon aux illustrations des toiles pentagones. On attend la sortie d’une prochaine BD.

Pikey Butler fut lui aussi un habitué des concerts de Pleyben, il venait avec la contrebasse, accompagné le plus souvent du batteur Gérard Macé. Il y avait toujours le camion de sonos de Dédé Elec, parfois les solides bluesmen de Brest. C’était jazz, rythm and blues, ou rock suivant les sensations du jeune public. Chacun s’en souvient, le proviseur Jean Goraguer également… les élèves internes dînaient avec les musiciens avant de quitter l’établissement pour une salle de la ville.

Le guitariste Soïg Sibéril me proposa un jour d’organiser un concert avec le groupe"Shady Grove" de la Caroline du Nord, country music à Pleyben un soir d’hiver. Une scie égoïne du lycée participa aux vibrations des musiciens. Et nous avons bien aimé…

Une oeuvre "le dragon" du sculpteur Marc Morvan en pièces monumentales métalliques de récupération, capable de la plus grande finesse lumineuse en expositions libres. Chaque départ de ses ouvrages laisse un vide dans les parages. Chez lui les jeunes artistes sont à bonne école.

Le groupe "Gwerz" fut précédé en 1982 par un autre groupe mythique "Kornog". On rencontrait dans la salle ou sur scène les frères Mollard, Youenn Bihan, Soîg Sibéril, Jamie MC MenemY Christian Lemaître, Eric Marchand, Rudy Velghe, Raquel Gigot, Youenn Gwernig, Jacques Le Guillou, Martin O’Connor….


RSS 2.0 [?]

Espace privé

[retour au site public]

réalisé par Laedansatitia